Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada.

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Balbuzard890
Oiseau

Balbuzard890


Date d'inscription : 09/08/2019

Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada. Empty
MessageSujet: Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada.   Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada. Icon_minitime30/4/2024, 10:25

Bonjour !

2 Juillet 2020 

« Où es-tu Frédéric, Frédéric, Frédéric ? »


Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada



L’apprentissage du chant chez les bruants à gorge blanche.


En l’espace de vingt ans, les bruants à gorge blanche (zonotrichia albicollis) du territoire canadien ont créés une nouvelle version de leurs chants. Ce chant s’est si bien exporté qu’il est en train de supplanter l’ancienne version. Un phénomène qui n’avait jamais été observé auparavant par les scientifiques.

Chez les humains, des pratiques culturelles peuvent se développer dans une région puis s’exporter pour se développer à grande échelle. Les humains apprennent des uns des autres lors de rencontres sociales, et ainsi leur culture évolue dans l’espace et le temps. Pour le langage par exemple, une expression peut se diffuser en quelques décennies voire années.
 

Et si c’était pareil pour les oiseaux ?

Au Canada, une espèce d’oiseaux connue sous le nom de bruant à gorge blanche est en train de voir son chant évoluer, à partir d’une modification à l’origine mineure et localisée.   

Selon Ken Otter, professeur en biologie, en science et de gestion des écosystèmes de l’Université de la Colombie-Britannique et Scott Ramsay, de l'Université Wilfrid-Laurier en Ontario, qui sont deux co-auteur d’une étude publiée en juillet 2020 sur le phénomène de transition des vocables du dialecte aviaire du bruant à gorge blanche dans le magazine Current-Biology, (Continent-wide shifts in song dialects of white-throated sparrows). Il s’agit d’un constat d’observation sans précédent dan s le monde de la biologie. « Ce qui est nouveau n’est pas tant un changement dans le chant, qui est assez courant dans la nature, mais c’est bien celle de la large diffusion à toute l’espèce sur le continent. Nous ne connaissons aucune autre étude sur d’autres espèces qui ont vu ce genre de large diffusion par évolution culturelle d’un changement de type de chant », relève le biologiste.

La plupart des espèces d'oiseaux sont lentes à changer de refrain, préférant s'en tenir à des chants éprouvés pour défendre les territoires et attirer les femelles. Avec l'aide de citoyens, les scientifiques, ont parcouru plus de 3 000 kilomètres entre 2000 et 2019, les chercheurs ont suivi comment le chant commun du bruant à gorge blanche est devenu viral à travers du Canada.

Les amateur de plein-airs et les ornithologue du Canada reconnaissent sans peine le chant du bruant à gorge blanche, une espèce de passereau qui ressemble beaucoup au moineau, grâce aux chant à trois notes finales, répétées plusieurs fois. Les observateurs de ce chant ont même inventé des paroles pour les accompagner : soit la  la ritournelle en anglais  « Oh my sweet, Ca-na-da, Ca-na-da, Ca-na-da ». Ou soit en français, « Où es-tu Frédéric, Frédéric, Frédéric » qui est la version la plus connue.

Mais à la fin du siècle dernier, des biologistes ont remarqué que les oiseaux locaux commençaient à innover à l'ouest du Canada : au lieu de la fin en triolet, leur chant se concluait par des séries de deux notes, un peu syncopées, comme si la fin était devenue : « Ca-na, Ca-na, Ca-na...» ou bien  « Frédé, Frédé, Frédé ». Dans le processus, ils ont effacer de leur chant traditionnel la phase terminale. L'étude, publiée en 20202 dans la revue Current-Biology, rapporte que les bruants à gorge blanche de la Colombie-Britannique jusqu’au centre de l'Ontario ont abandonné leur chanson traditionnelle à trois notes au profit d'une variante unique à deux notes, bien que les chercheurs ne sachent toujours pas ce qui a rendu la nouvelle chanson si convaincante.

« En 2014, tous les oiseaux que nous avons enregistrés en Alberta chantaient ce dialecte de l’ouest, et nous avons commencé à le voir apparaître dans des populations aussi éloignées que l’Ontario, qui se trouve à 3 000 kilomètres de chez nous. Et ce ne sont pas des changements isolés : le chant à deux notes est en train de supplanter le chant à trois notes » observe Ken Otter.

Au cours des deux décennies suivantes, cette nouvelle cadence est devenue un populaire d’Ouest en Est, traversant l'Alberta, l'Ontario et gagnant le Québec en 2020, jusqu'à devenir dominante sur plus de 3000 km de territoire, un exemple rarissime de remplacement express d'un dialecte historique par un autre chez des volatiles. En seulement vingt ans, la pratique de ce nouveau chant du bruant à gorge blanche a parcouru des milliers de kilomètres, conquérant chaque année de nouvelles régions. Une vitesse étourdissante de propagions avec laquelle la version en deux notes a converti des populations entières de bruants à gorge blanche.

Pour mieux comprendre le phénomène, ce serait comme si un américain débarquait à Paris, et que tous les gens trouvaient cette nouvelle la langue plus cool et se mettaient à essayer de parler avec un accent américain, et en dix ans, tout les parisiens parleraient avec un accent américain.

Leurs travaux s'appuient sur 1785 enregistrements de 2000 à 2019, en majorité réalisés par eux, mais aussi par des scientifiques citoyens et mis en ligne sur des sites dédiés, comme xeno-canto.org. En l'Alberta, dans l'Ouest canadien, la moitié des enregistrements finissaient en triolet en 2004; dix ans plus tard, tous les mâles avaient adopté le duolet.

Quant à la raison pour laquelle ce nouveau chant supplante le précédent, cela reste la principale inconnue du processus. Les biologistes estiment que le plus probable reste une préférence des femelles pour un chant qui ne serait pas typique de leur environnement. « Si c’est le cas, alors cela devient un avantage pour les mâles pouvant chanter un nouveau type de son ». Les scientifiques vont continuer à observer l’évolution du chant des bruant à gorge blanche pour déchiffrer ce phénomène, et ce en temps réel et à l’échelle continentale grâce à la science citoyenne, ces citoyens et citoyennes qui partagent leurs enregistrements locaux via Ebird.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada. 1f985688


Dernière édition par Balbuzard890 le 1/5/2024, 07:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Renépel
Membre Donateur
Renépel


Date d'inscription : 22/01/2010

Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada. Empty
MessageSujet: Re: Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada.   Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada. Icon_minitime30/4/2024, 14:38

Smile Très étonnante et intéressante cette modification du chant de cette espèce !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/136542058@N08/
Carouge
Membre Donateur
Carouge


Date d'inscription : 04/07/2010

Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada. Empty
MessageSujet: Re: Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada.   Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada. Icon_minitime9/5/2024, 17:28

Il me semble que cette version est plus courte que l'ancienne. Intéressant!
Revenir en haut Aller en bas
http://500px.com/Jean-Marc_Cossette
 
Le chant des bruants à gorge blanche mystifie les scientifiques au Canada.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chant du Bruant à gorge blanche
» Bruants des prés les plus à l'est du Canada
» Bruants à gorge blanche
» Bruants à gorge blanche et Bruant chanteur
» Northvolt dépose une demande d’autorisation au ministère de l'Environnement. Montérégie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oiseaux du Québec :: OBSERVATIONS ET DISCUSSIONS :: Oiseaux d'ailleurs-
Sauter vers: