Les fous de Bassan ont perdus la moitié de leur population aux Îles-de-la-Madeleine.

Aller en bas 
AuteurMessage
Balbuzard890
J'adore les oiseaux

Balbuzard890


Date d'inscription : 09/08/2019

Les fous de Bassan ont perdus la moitié de leur population aux Îles-de-la-Madeleine. Empty
MessageSujet: Les fous de Bassan ont perdus la moitié de leur population aux Îles-de-la-Madeleine.   Les fous de Bassan ont perdus la moitié de leur population aux Îles-de-la-Madeleine. Icon_minitimeDim 19 Fév 2023 - 11:31

Bonjour !


18-02-2023

L’épidémie de grippe aviaire de l’an dernier a été dévastatrice pour les fous de Bassan (Morus bassanus) des Îles-de-la-Madeleine, selon les plus récentes données du SCF (Service canadien de la faune), obtenues par Hélène Fauteux pour QMI.

Le décompte, mené par l’organisme au cours du mois de juillet 2022 par photos aériennes, révèle que la colonie de fous de Bassan du rocher Aux-Oiseaux, au large des Îles, a décliné de 58 %. «Notre précédent suivi de la population de fous de Bassan remontait à 2020», explique Jean-François Rail, biologiste responsable du suivi des populations d’oiseaux marins qui nichent au Québec. «Et l’impact de la grippe aviaire est sans précédent, pour la colonie du rocher Aux-Oiseaux. On n’avait jamais vu une telle baisse !»

Le décompte porte sur le nombre de couples nicheurs au pic de la saison de reproduction qui s’étend de mai à octobre. Cela confirme les images qui ont circulé dans les médias l’an dernier montrant des milliers d’oiseaux morts sur les rives aux Îles-de-la-Madeleine.

En comparaison, la population de fous de Bassan de l’île Bonaventure, en Gaspésie, au Québec n’a baissé que de 13 % en 2022, par rapport à 2020. Le biologiste dit n’avoir aucune explication permettant de comprendre un tel écart entre les colonies de ces deux régions. «On peut faire le parallèle avec les colonies d’eiders à duvet (Somateria mollissima) dans l’estuaire du golfe, où certaines îles ont été affectées avec des centaines de carcasses d’oiseaux morts et où d’autres n’ont pas du tout été affectées. Alors, pourquoi un endroit plus que l’autre ? C’est vraiment étrange», souligne M. Rail. D’ailleurs, ce dernier s’étonne également de ce que les guillemots marmettes (Uria aalge) qui nichent en grand nombre au rocher Aux-Oiseaux aient eux aussi échappé au virus H5N1.

«Les guillemots marmettes sont là par milliers et en densité parfois beaucoup plus grande que les fous de Bassan, mais sur les photos, on ne décèle aucune mortalité. Alors pourquoi ça n’a affecté que les fous et pas les guillemots marmettes ? Je ne sais pas. C’est un autre mystère


Nouvelle vague appréhendée ?

Alors qu’il qualifie de significatif l’impact des mortalités causées l’an dernier par le virus H5N1, le biologiste responsable du suivi (statut et répartition) des populations d'oiseaux de mer au Québec de l’inventaires des colonies d'oiseaux marins, en particulier ceux du golfe et de l'estuaire du St-Laurent pour le service canadien de la faune, environnement Canada. Il appréhende une nouvelle vague de grippe aviaire au cours des prochains mois. «Il y a des signes de grippe aviaire en Amérique du Sud, où nos oiseaux migrateurs du Québec sont descendus dans leurs aires d’hivernage. Mais au niveau de l’ampleur que ça va prendre, on ne le sait vraiment pas. Chose certaine, s’il devait y avoir un impact supplémentaire sur la mortalité de la population l’été prochain, ce serait vraiment inquiétant.» La population de fous de Bassan était déjà en déclin au Québec avant la vague de grippe aviaire de l’an dernier. Il y a eu un pic d’abondance en 2009, à près de 90 000 couples, mais ce nombre a baissé sous les 75 000 l’année suivante, a précisé Jean-François Rail.

Allez voir ce lien pour lire l’article d’Hélène Fauteux pour QMI :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]







Les fous de Bassan ont perdus la moitié de leur population aux Îles-de-la-Madeleine. Image_15


Le rocher Aux-Oiseaux est situé à 32 kilomètres au nord-est de Grosse-Île dans l’archipel madelinien. L’îlot rocheux est situé à proximité de la route maritime des navires qui entrent dans le golfe du Saint-Laurent. Cet îlot difficile d'accès est le refuge de plusieurs colonies d'oiseaux marins : fous de Bassan (Morus bassanus), petits-pingouins (Alca torda), marmettes de Brünnich (Uria lomvia) et guillemots-marmettes (Uria aalge), mouettes trydactyles (Rissa tridactyla), etc. Le rocher Aux-Oiseaux a été déclaré sanctuaire d'oiseaux en 1919 et, bien qu'inaccessible, il demeure l'un des hauts lieux d’ornithologie du golfe du Saint-Laurent.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Voici le lien IBird sur le décompte du site du rocher Aux-Oiseaux :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]





Les fous de Bassan ont perdus la moitié de leur population aux Îles-de-la-Madeleine. Uria_l10

Guillemot marmette (Uria aalge)




Les fous de Bassan ont perdus la moitié de leur population aux Îles-de-la-Madeleine. Two_ga11


Couple de fou de Bassan (Morus bassanus)




Les fous de Bassan ont perdus la moitié de leur population aux Îles-de-la-Madeleine. 1f98532
Revenir en haut Aller en bas
 
Les fous de Bassan ont perdus la moitié de leur population aux Îles-de-la-Madeleine.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fous de Bassan
» Fous de Bassan (Bretagne)
» Un peu des Îles de la Madeleine
» Iles-de-la Madeleine 2015
» Îles de la Madeleine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oiseaux du Québec :: OBSERVATIONS ET DISCUSSIONS :: Oiseaux d'ici :: Oiseaux aquatiques-
Sauter vers: